La Montagne noire et le Liberator Harry.

 

La montagne noire, plus qu’une simple randonnée!

 

Le village de St-Donat, situé dans la belle grande région de Lanaudière, compte de très nombreux sommets. Le plus haut d’entre eux, le sommet de la Montagne noire, culmine à une altitude de 892 m. Parcourir ses sentiers permet de contempler de magnifiques paysages mais aussi de découvrir le site de l’écrasement d’un avion militaire canadien, le Liberator Harry. 

 

En pleine Deuxième Guerre mondiale, le 19 octobre 1943, un avion militaire transportant 20 passagers et 4 membres d’équipage, s’est écrasé près du sommet de la montagne noire. L’appareil, un Consolidated Liberator B-24 de l’armée canadienne, avait quitté l’aéroport de Gander à Terre-Neuve et se dirigeait vers l’aéroport de Mont-Joli. Les mauvaises conditions météorologiques l’ont alors empêché de se poser à cet endroit et l’avion fut redirigé vers les aéroports de Dorval ou de Rockcliff, près d’Ottawa. Il ne s’est jamais rendu à l’un ou l’autre de ces aéroports. Les 24 passagers ont péri sur le coup et un incendie a ravagé une bonne partie de l’appareil. 

 

Au moment de sa disparition, d’intenses recherches aériennes ont eu lieu. Entre le 20 octobre et le 26 novembre 1943, 728 sorties cumulant 2 438 heures de vol ont été effectués.  Les vestiges de l’appareil sont demeurés invisibles parmi les innombrables sommets de cette région à la végétation très dense. 

 

Le Liberator Harry a fini par être découvert par hasard, près de trois ans après son écrasement, en juin 1946. Des recherches aériennes avaient alors lieu pour tenter de retrouver un autre avion disparu dans la région. Immédiatement après avoir aperçu les débris métalliques et les dérives jumelles du Liberator, les militaires au sol ont entrepris l’ascension à travers la forêt non aménagée. Arrivés sur les lieux de l’écrasement, ils n’ont pu que constater la mort de tous les passagers et membres d’équipage. L’écrasement du Liberator Harry est encore à ce jour la pire tragédie aérienne de l’Aviation royale canadienne.

 

Un monument commémoratif a été érigé et 24 croix blanches permettent de lire les noms de ceux qui y ont perdu la vie. Le fuselage de l’avion git-là, entouré de nombreux débris. 

 

 

Liberator B-24

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LA TRAGÉDIE DU LIBERATOR ET SUPPORTER LA CAUSE DES GARDIENS DU LIBERATOR MERCI DE VISITEZ:

 

RBQ 5774-4666-01

©2019 Domaine La Montagne Noire inc.